le drone Predator: USD$4,5 mio./pièce, envoi de flux vidéo non chiffré

Un article quelque peu comique lu ce matin dans le Wallstreet Journal, où l'on apprend que des militaires irakiens ont pu intercepter les flux vidéo des drones utilisés par les troupes américaines dans leurs opérations de reconnaissance.


Les militaires auraient utilisé le logiciel Skygrabber, un outil de collecte de données transitant par communication satellite et installable sur tout ordinateur équipé du système d'exploitation Windows. Skygrabber peut être acheté sur internet pour la modique somme de 26$.


En temps normal, il est généralement considéré que l'interception des flux d'information entre deux systèmes est possible par n'importe qui et à moindre prix. La quasi-totalité (je me protège ici en n'écrivant pas 'toutes') des bonnes pratiques de sécurisation de systèmes d'information recommande la mise en place de chiffrement (usage de la cryptographie) pour toute transmission de données sensibles entre deux systèmes.


Cette nouvelle est un peu rassurante d'une certaine manière. Dans un contexte où les banques subissent des crises à répétition en raison d'une incapacité à maintenir le contrôle sur leur données financières, il est rassurant de constater que le renseignement militaire américain, au bénéfice de budgets réputés faramineux, ne s'en sort pas forcément mieux.

26$ pour intercepter des flux de reconnaissance de l'armée américaine
vs.
Combien pour intercepter les flux bancaires?


A la lecture des dernières nouvelles, il semblerait que le choix de M. Hervé Falciani se soit porté sur un logiciel de capture de flux fax et e-mail...